Pause lecture #3

Mes lectures de ce mois ont été beaucoup moins savantes que celles de Février mais j’ai trouvé quand même pas mal de pépites ! J’ai dévoré de gros pavés comme je n’en avais plus lu depuis mon adolescence et j’ai d’ailleurs retrouvé une jolie part d’une moi plus jeune dans ces pavés. J’ai aussi lu un petit poche qui se lit le temps d’un après-midi. J’ai également trouvé des histoires plus douces, plus profondes, plus dures mais toutes très belles. Je suis à nouveau ravie d’avoir été aussi productive et d’être toujours au rendez-vous – déjà seize livres lus depuis le début de l’année !

Assoiffés de Tracy Wolff

Mon monde a basculé le jour où j’ai atterri au lycée Katmere. Me voilà, simple mortelle, au milieu de vampires, de loups-garous, et autres êtres surnaturels. Une seule chose semble unir ces créatures de la nuit : elles me détestent. Au point d’espérer ma mort ? Que faire, alors, de Jaxon, l’énigmatique vampire dont je ne peux me détacher ? Avec ses souffrances ancestrales, ce séduisant immortel m’attire plus que de raison. Pourtant, me rapprocher de lui pourrait bien mettre tout le monde en danger… Et si quelqu’un voulait m’utiliser comme appât ?

La couverture de ce premier tome m’a tout de suite fait de l’œil parce qu’il rappelle tant une certaine autre saga que j’ai dévoré adolescente et que j’aime bien relire de temps en temps – sans compter que je connais les films par cœur. Je parle bien entendu de Twilight et de sa si belle histoire d’amour et de son si *magnifique* vampire. Quoi ? Non je n’ai pas fêté mes 28 ans ce mois-ci, je ne veux rien entendre ! Revenons-en à notre roman. La couleur est annoncée dès les premières pages, en parlant de Twilight justement et de la série Legacies – série chère à mon cœur qui n’est autre que la petite sœur de The Vampire Diaries et The Originals. J’ai beaucoup aimé que les clichés soient assumés à ce point, ça m’a permis de replonger dans ma moi ado pour en profiter à fond sans trop lever les yeux au ciel toutes les deux pages. Commençons par Grace qui est juste un gros cliché de la nana qui ne veut pas être là, qui va vivre dans l’endroit le plus reculé et le plus froid des États-Unis et qui n’a pas tout à fait confiance en elle. Pour autant, elle est très têtue, très courageuse et, moi qui m’attendait à une petite demoiselle en détresse, j’ai été conquise par sa force de caractère et son franc parler. L’histoire est plutôt bien écrite même si ça peut paraître un peu niais certaines fois mais l’histoire d’amour en vaut la peine. C’est aussi bien drôle et bien terrifiant et c’est clairement un cocon à canines pointues et beau ténébreux torturé ! Bref c’est totalement addictif, ça se lit comme du petit lait – j’ai dévoré les presque 600 pages en à peine trois jours – et j’avais très hâte de lire le deuxième tome !

Foudroyés de Tracy Wolff

Des flashs. Je n’ai que des flashs de mon ancienne vie. Est-ce vraiment mon passé ? Ou simplement mon esprit qui me joue des tours ? Depuis que je suis rentrée à l’Académie, tout va de travers. Hudson est de retour. Le Cercle et la Cour des Vampires se sont déclarés la guerre. Et surtout, un mal indicible rôde autour de nous, mettant à mal la vie de tous. Pourtant, je n’ai jamais été aussi prête à défendre mes amis. Mais est-ce que ce sera suffisant ? Dans la mort, seule la loyauté compte…

Comment vous dire que j’ai dévoré ce deuxième tome ! Grace est impressionnante, forte, elle sait ce qu’elle vaut surtout grâce à Hudson qui la pousse à être meilleure, à se dévoiler même quand elle n’y croit pas, à la pousser dans ses limites. Hudson… Parlons-en ! Je finis souvent par craquer pour la deuxième personne du triangle amoureux – à quelques exceptions près comme dans Twilight mais Edward… c’est Edward ! Pour citer quelques exemples – qui je suis sûre vous rappelleront des souvenirs : Damon dans The Vampire Diaries, Jesse dans Hannah Montana, Jess dans Gilmore Girls ou encore Spike dans Buffy. Mon cœur a toujours préféré les bad boys au cœur tendre. Pour le coup, Hudson a de la tendresse à revendre ! Il est aussi sarcastique, très drôle, plus lumineux que son frère et très touchant.
Je suis donc devenue team Hudson vers la moitié du livre, Jaxon m’agaçant de plus en plus avec ses choix et ses décisions. Encore une fois, j’ai été happée par cette histoire qui est aussi addictive que le premier tome. Mon cœur d’ado était ravie – à un point tel que j’ai quand même lu quasiment 500 pages en une journée ! Je compte bien garder cette série dans ma bibliothèque et j’ai très hâte que le troisième tome sorte à son tour.

Experte dans l’art du naufrage de Julia Drake

Violette, seize ans et de nombreuses conquêtes au compteur, vit un naufrage familial : son petit frère, Sam, vient de faire une tentative de suicide. Lassés de ses frasques, ses parents expédient la jeune fille chez son oncle en bord de mer, pour une cure de désintoxication sentimentale. Commence alors un été à nul autre pareil, entre secrets de famille, recherche d’épaves disparues au fond de la baie et la rencontre de la très attirante Liv…

Je me suis très vite attachée à Violette, son tempérament, son sarcasme, son envie de changer même si c’est difficile, sa détermination, son côté ado pas toujours simple. J’admire ses remises en question, sa façon d’avancer et de finir par combattre ses démons. Ce livre traite de beaucoup de thèmes : la dépression, le suicide, l’identité, l’amitié et l’amour bien sûr, mais aussi les relations familiales parfois compliquées. J’ai trouvé ce roman très doux malgré tout, je le conseillerais à un(e) ado un peu perdu(e), je pense que j’aurais été contente de découvrir ce genre d’histoires vers mes seize ans. Ou peut-être que c’est mon vécu qui m’apporte le recul nécessaire pour mieux comprendre Violette et m’identifier à elle. Les personnages en général sont plutôt cools et attachants et ont chacun un caractère bien marqué qui permet de les identifier et de mieux les comprendre aussi. J’ai versé ma petite larme à la fin, j’ai été très touchée par cette histoire.

Les amants du ciel se retrouvent toujours ici-bas de David Perroud

Militante altermondialiste, Ariel Larsen est la spécialiste mondiale des SHC – les « sorties hors du corps ». Multimillionnaire, Arold Jensen est un jeune loup de la finance mondiale. Ces deux-là devraient se détester mais, depuis l’enfance, une force les dépasse qui les pousse l’un vers l’autre… Alors qu’à l’occasion du Forum de Davos la jeune passionaria défie le président des Etats-Unis himself, c’est Arold, une fois encore, qui vole à son secours. Pour ces deux êtres liés par le destin, c’est le début d’une aventure qui les conduira très loin du monde connu, au-delà de l’espace et du temps…

Je suis plutôt mitigée sur ce roman. Pour commencer, il n’y a pas d’introduction à proprement parler, on nous jette un peu dans l’histoire. J’aurai aimé avoir un peu plus d’indices, peut-être remonter un peu plus loin plutôt que commencer par l’évènement principal. En soi, ce n’est pas non plus indispensable, surtout que là n’est pas le thème et que le roman fait tout juste 300 pages mais j’apprécie toujours quelques paragraphes de descriptions détaillées pour me mettre plus facilement dans l’histoire. Surtout que ce roman traite de sujets sur lesquels il faut réfléchir et comporte quelques mots compliqués, j’aurai aimé un peu plus de douceur pour réussir à assimiler tout ça. Ensuite, et comme je viens de le dire, ce roman est plutôt compliqué. Ça parle de physique quantique, de projection astrale, de méditation, de pouvoir du moment présent et même de dimension subatomique et tout ça relié entre eux. J’adore ce genre de sujet mais pour le coup il me faut un silence total et quelques recherches sur internet pour m’aider à tout comprendre. Ce livre parle d’amour, de forces cosmiques et de sciences et j’avoue avoir adoré ce côté-là. Mais vers le milieu du livre, l’auteur m’a perdu : c’était plutôt prometteur et puis on arrive dans une dimension cosmique et même si j’aime croire aux SHC et EMI, ça paraissait assez irréel quand même. Pour finir, les dernières pages sont assez expéditives et bref, je suis mitigée parce que ce roman part dans tous les sens ! Les idées sont bonnes mais peut-être qu’il y a trop de choses pour un si petit roman. La morale de fond est très intéressante et pertinente, c’est ça que je retiens.

The Hate U Give de Angie Thomas

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier rythmé par les guerres entre gangs et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ces deux mondes. Sa vie vole en éclats le soir où son ami Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, Starr va apprendre à redresser la tête.

On est tout de suite transporté dans l’histoire, j’étais en larmes au bout de quarante pages. C’est un sujet très dur à traiter mais il est si important, il faut en parler. Le mouvement BLM et tout ce qu’il y a autour m’a toujours beaucoup touché parce que je considère que nous sommes tous humains et je n’ai jamais compris pourquoi on ne pouvait pas tous être au même niveau. C’est si injuste. Ce livre est d’une justesse, d’une tristesse mais d’une force, j’étais happée tout le long. Starr est touchante, j’ai adoré son caractère, son franc parler, son courage – même si elle ne pense pas en avoir. Tous les personnages autour sont super intéressants, plein de sujets y sont traités, de toutes les formes, à l’adolescence de Starr avec ses amis, ses amours et son intégration au lycée, à des sujets bien plus graves comme la mort de Khalil. Il m’a complètement retourné et je trouve ce livre si important, tout le monde devrait le lire. Je m’arrête là, je ne veux pas en dévoiler plus mais c’est clairement un gros coup de cœur. Je le garde dans ma bibliothèque, sans aucun doute.

J’ai encore bien lu ce mois-ci et pour le coup les genres choisis étaient aux antipodes les uns des autres. Il y a eu beaucoup de positifs, j’ai gardé trois livres sur cinq dans ma bibliothèque – il faut que je commence à faire de la place d’ailleurs.. J’ai eu de très jolies surprises, certaines qui m’ont faites retombées en pleine adolescence, d’autres qui m’ont broyées le cœur. J’aime tant découvrir de nouveaux horizons et on peut dire que j’ai été servie, encore une fois !

Il est l’heure de décerner les prix du mois : la palme d’or est pour The Hate U Give bien évidemment et le bon dernier sera Les amants du ciel se retrouveront toujours ici bas, pour lequel j’ai trouvé que l’histoire partait trop loin – et pourtant, j’ai beaucoup d’imagination et d’ouverture d’esprit !

Et vous, qu’avez-vous lu ce mois-ci?

Je vous retrouve fin avril pour mes prochaines lectures, lisez-bien ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s