Pause lecture #4

Vous commencez à en avoir l’habitude, me voici de retour avec ma petite sélection du mois.
Cette fois-ci est un peu particulière parce que pour une fois, je n’ai pas pioché dans ma pile à lire au hasard. Il y avait deux lectures notamment que je voulais absolument lire ce mois-ci. Une nouveauté et une lecture musicale programmées, mon planning s’est retrouvé bouleversé mais j’ai quand même beaucoup lu sous mon plaid, comme toujours.
Sans plus attendre donc, voici mes petites lectures ce mois-ci :

« Pendant un court instant, nos regards se sont croisés. J’ai noté son air intensément concentré, et ce mélange de volonté et de souffrance qui marque ses traits lorsqu’il essaie de courir.
– Vas-y, Jules, fonce ! »

Debout derrière la grille de l’école, Agathe regarde son frère. Jules ne dit rien, il semble perdu. Depuis l’accident de voiture de leur père cet été, Jules ne parle presque plus et court de moins en moins bien… comme s’il avait perdu l’usage de ses jambes. Qui rendra à Jules sa joie de vivre?

Petit roman de 160 pages, qui aurait pu se lire d’une traite s’il n’avait pas fallu que j’aille travailler. Comme je l’avais dis dans mon précédent article sur mes lectures, j’ai un peu de mal avec les romans très courts parce que j’aime les grands paragraphes détaillés pour avoir un maximum d’informations et pouvoir imaginer tout un monde comme il faut. Dans ce cas, le trop n’a pas sa place. C’est doux, c’est simple, c’est drôle, c’est efficace. On suit Jules et sa sœur dans leur reconstruction suite au décès de leur papa mais aussi dans leur vie de tous les jours, les amitiés, l’amour naissant, l’adolescence d’Agathe, l’innocence de Jules. Les petites morales glissées çà et là, l’attachement rapide aux personnages – en dix pages j’étais happée. Et puis parfois il suffit d’une rencontre pour tout changer. Un vrai petit coup de cœur, que je ne garde quand même pas dans ma bibliothèque mais très contente d’avoir pu le découvrir.

Depuis que les ombres se sont emparées de Callie, Blake est à la dérive.
Mais l’équipage de L’Avalon ne peut se résoudre à laisser son capitaine dans cet état et décide de tout tenter pour sauver Callie. A l’aide d’une formule trouvée dans l’ancien château du Sorcier Noir, ils font revenir la jeune femme… Seulement, pour être à jamais délivrée du maléfice, Callie devra affronter les ombres, maîtriser une magie qui menace sa vie… et partir explorer les Confins pour y découvrir les secrets de son destin. Alors que les épreuves effrayantes s’accumulent sur leur route, Blake réussira-t-il à atteindre les Confins et à sauver Callie ?

Ce livre fait partie des deux que j’avais planifié de lire ce mois-ci, sorti en début de mois.
Quel bonheur de retrouver Callie et Blake ! Ce blog n’était pas encore né quand j’ai lu le premier, vous ne trouverez donc pas mon avis par ici, mais je vais vous en faire un rapide résumé quand même : « Callie, une voleuse hors pair, est parvenue à s’emparer d’un compas marin enchanté. L’instrument permettrait de trouver la mystérieuse Carte des Confins, un monde au-delà du nôtre dont personne n’est jamais revenu. Explorer les Confins, c’est la certitude d’entrer dans la légende et le désir le plus cher de Blake Jackson, jeune capitaine de l’Avalon, le bateau pirate le plus redouté des mers. Prêt à tout pour obtenir ce qu’il veut, Blake va convaincre Callie de l’aider dans sa quête. Devenus compagnons de route, le pirate et la voleuse s’apprivoisent et se dévoilent peu à peu. Mais le lourd secret que cache Callie pourrait bien ruiner leur seul espoir de mettre la main sur la fameuse Carte… et bouleverser à jamais leur existence. »
C’est une très chouette histoire de pirates avec de l’amour et de l’amitié et plein d’autres belles choses, qui se termine sur un sacré cliffhanger ! Quasiment un an d’attente pour connaître la suite, comment vous dire que je me suis jetée sur la précommande pour l’avoir au plus vite. J’en sautais de joie à chaque décompte que faisait Marie sur son compte instagram – suivez-la sur les réseaux, en plus d’avoir une duologie super chouette, c’est aussi une nana très drôle, très simple et adorable. Une vraie pile électrique de bonheur à suivre, je vous la conseille fortement. J’ai donc dévoré ce deuxième tome en très peu de temps et je n’ai pas été déçue. Ce joli couple va rester dans ma bibliothèque, hors de question que je m’en sépare – j’ai déjà hâte de replonger dans cet univers, de voguer sur l’Avalon en compagnie de Blake et Callie. Ce deuxième tome était à tomber à la renverse. La relation entre Blake et Callie m’a juste fait rire et pleurer et fondre d’amour. Ils sont adorables, même quand ils se chamaillent comme deux enfants – c’est ce qui fait leur charme on ne va pas se mentir. C’était un bonheur sans nom – et parfois un déchirement – de retrouver mes personnages préférés et leurs qualités : l’autorité et la tendresse de Bold, l’humour de Glenn, Al qui a été une vraie surprise, l’innocence de Doug. C’est plutôt facile de m’avoir, j’aime les aventures, les batailles, les répliques cinglantes, les pirates bien sûr. Le tout est saupoudré de suspens, d’émotions, de moments à retenir son souffle, parfois de quelques larmes. Ça m’a en tout cas bien donné envie de replonger dans les Pirates des Caraïbes que j’affectionne beaucoup et peut-être même de relire une de mes trilogies préférées : Shades of Magic. Bref, cet avis est extrêmement long, foncez tout simplement !

En juin 1944, le père de Mathias, le petit Mainou, neuf ans, vient de perdre sa mère, morte en couches. On décide de l’envoyer, caché dans une charrette à foin, par-delà la ligne de démarcation, chez sa grand-mère qui a une ferme en Lorraine. Ce sont ces derniers mois de guerre, vus à hauteur d’enfant, que fait revivre Mathias Malzieu, mêlant sa voix à celle de son père. Mainou va rencontrer cette famille qu’il ne connaît pas encore, découvrir avec l’oncle Emile le pouvoir de l’imagination, trouver la force de faire son deuil et de survivre dans une France occupée.

Deuxième roman que j’avais prévu de lire ce mois-ci, tout simplement parce que j’avais une lecture musicale de prévue sur ce livre. Je fais celle qui fait ça tous les jours mais en vrai, j’étais terrifiée à l’idée d’aller sur Paris toute seule, y assister toute seule et très excitée à l’idée de réaliser un rêve. Il fallait que je lise le livre avant d’y aller afin de profiter de cette expérience immersive et j’ai réussi à le finir la veille d’y aller. J’en ferai un article plus approfondi parce que cet auteur mérite d’avoir sa page pour lui. Dans mon tout premier blog c’était d’ailleurs un des tout premiers articles que j’avais écrit et comme il a totalement sa place ici, je compte bien en écrire un nouveau.
Pour revenir à ce roman, ce n’est pas du tout le genre que je lis habituellement. La guerre, les histoires tirées de faits réels, j’ai un peu de mal avec ça. J’en ai quand même lu un petit paquet mais ça ne me met pas à l’aise et j’ai toujours un sentiment un peu étrange à la fin de ces lectures-là, bref je ne cours pas après. En revanche, en sachant que c’est Mathias Malzieu qui l’écrivait, je n’ai pas hésité une seule seconde. Ses mots ont un effet doux sur moi, une manière détournée d’expliquer les choses de façon poétique qui me réconcilie avec les sujets plus durs. La maladie, le deuil, la guerre, je pense qu’il est le seul à me faire accepter une lecture et à en ressortir en bon état et totalement changée. Je n’ai pas trop envie d’en dévoiler plus et puis, j’en reparlerai dans ce futur article de toute façon, mais juste n’hésitez pas. La plume de Mathias Malzieu va vous embarquer dans une chouette aventure, un peu dangereuse et triste mais d’une jolie force avec des personnages très attachants.

A l’Académie des Ames Abîmées, réparer les vivants est un enseignement, une vocation. Mieux : une mission. Quand Lana et Dylan, deux adolescents en perdition, y sont accueillis, ils sont loin d’imaginer ce qui les attend. Blessés par la vie, perdus dans un monde de haine et de violence, ils vont tenter de se reconstruire. Mais peut-on retrouver confiance un jour après avoir survécu à de tels drames? Et quel rôle leurs parrains, Dimitri et Romane, joueront-ils dans la reprise en main de leur destin? Entre renaissance, découverte des sentiments, échanges avec des professeurs hors normes et mise en pratique des cours, cette institution secrète dessine un nouvel avenir… Et si elle pouvait changer le monde ?

Voici un autre livre que j’aurais beaucoup aimé découvrir à l’adolescence. Non pas que mon histoire soit aussi tragique que la leur – bien que, comme expliqué dans le roman, il ne faille pas comparer nos malheurs avec ceux des autres – mais quand même, j’étais un peu paumée et je l’étais assez pour faire des choses que je regrette aujourd’hui. Enfin, non, pas regretter puisque ça m’a permis d’être celle que je suis mais disons que ça aurait été cool de m’en passer aussi. On suit donc les histoires de Dylan et Lana, qui apprendront à se connaître une fois admis à l’Institution. On découvre aussi Dimitri et Romane et Lia pour qui on s’attache très vite aussi. Cette académie est exceptionnelle, unique et j’aurais adoré qu’il en existe une par chez nous. Je n’avais de cesse d’imaginer l’école des X-Men tout le long de ma lecture mais c’était exactement ce que ça représentait pour moi : un endroit où l’on accueille des gens différents, qui ont une histoire et qui vont apprendre à vivre avec, à s’intégrer dans la vie, à croire en des valeurs et à avoir confiance en eux. Un nouveau départ ! L’école de la vie en quelque sorte mais de façon plus douce pour être prêt à tout affronter après. Le roman est très bien écrit, j’ai dévoré ses 400 pages en à peine trois jours. J’ai juste trouvé deux ou trois passages un peu tirés par les cheveux mais dans l’ensemble c’est un très bon bouquin, qui comporte de belles valeurs et beaucoup d’espoir. Il m’a presque donné envie de créer à mon tour une école qui accueillerait les jeunes qui en ont besoin.

Quatre livres lus donc pour le mois d’avril ! Il y a eu beaucoup de positif, j’ai gardé deux livres sur quatre dans ma bibliothèque – j’ai d’ailleurs enfin fait le tri dans ma celle-ci, tout réorganisé et maintenant je suis prête à accueillir au moins une bonne cinquantaine de livres !

Il est l’heure de décerner les prix du mois : la palme d’or est pour Le Guerrier de Porcelaine parce que Mathias Malzieu gagnera toujours tout pour moi et il n’y aura pas de dernier parce que j’ai plutôt apprécié mes lectures ce mois-ci ! A part pour La Carte des Confins qui étaient une histoire de pirates et d’aventures, les trois autres étaient plutôt emplis de douceur et d’espoir et de vérités qui m’ont chamboulées.

Et vous, qu’avez-vous lu ce mois-ci?

Je vous retrouve fin mai pour mes prochaines lectures, lisez-bien ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s