Elvis

Pour la première fois depuis des années, je suis allée au cinéma seule. J’ai dû y aller une ou deux fois pendant la fac mais comme cette période était un peu particulière, je n’ai aucun souvenir des sensations que ça m’apportait, si j’aimais ou non. Ça fait un petit moment que ça me trottait dans la tête et que j’avais envie de me lancer, pour plusieurs raisons. Déjà, pour pouvoir aller voir des films qui n’intéressent pas forcément l’amoureux et éviter d’attendre des années que ça sorte sur une plateforme – non, je ne télécharge pas et on sait que les sites de streaming à l’heure actuelle sont quasiment inexistants. Ensuite, parce que ça me fait un truc à moi, une petite activité en solo de temps en temps. Je fais déjà du shopping en solo mais j’avoue que le cinéma c’était un peu un grand saut en avant pour moi – c’est idiot mais malgré mon amour pour mes moments avec moi-même, le cinéma me paraissait insurmontable. Et dernière raison, en rapport avec la précédente, pour sortir de ma zone de confort. Sans grande surprise, j’ai adoré ! Je me suis assise au fond de la salle, j’avais pris un livre en attendant que le film commence et voilà, le tour est joué. J’ai dû avoir peur qu’on me juge ou autre mais je me rends compte qu’on s’en fiche un peu beaucoup de l’avis des gens et que ça serait bien que je me l’imprime quelque part pour ne pas oublier. Bref, une super première expérience que j’ai hâte de renouveler.

Pour ce premier film en solo, j’ai choisi d’aller voir Elvis. Disons que ça faisait un moment que je repoussais cette activité, à la base ça avait commencé avec Uncharted puis finalement Batman et puis finalement j’ai repoussé et repoussé et repoussé jusqu’à ce jour. Même pour Robert Pattinson je n’ai pas osé vaincre ma peur d’être seule dans un endroit publique ! Mais Elvis a su me parler. Peu de gens le savent mais même si j’étais une adolescente emo, que j’écoutais beaucoup de hard rock punk, j’avais aussi mes petites périodes où j’écoutais énormément les années 50/60. Les Elvis, Little Richard, Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, Bill Haley, Buddy Holly, Johnny Cash, etc.. n’avaient aucun secret pour moi. Je pouvais passer plusieurs semaines à n’écouter que ça, en boucle et c’était certainement les semaines où j’étais la plus heureuse. C’est le genre de musique qui ne m’a jamais quitté et que j’ai toujours aimé retrouver par hasard ou bien pour me donner un coup de pep’s. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers ce film. J’avais vu la bande-annonce il y a quelques semaines, je savais que ça me plairait mais je n’avais pas de hype si immense que ça. Et pourtant, en début de semaine j’ai appris qui en était le réalisateur et qu’en plus ça allait sortir le mercredi qui arrivait. J’ai donc pris ma place, je me suis bougée et je n’ai absolument pas regretté ! Alors, je vais parler du film maintenant, si vous voulez la surprise, arrêtez-vous là et puis sinon, n’allez pas crier au spoiler, on connaît tous plus ou moins la vie d’Elvis !

Synopsis : La vie et l’œuvre musicale d’Elvis Presley à travers le prisme de ses rapports complexes avec son mystérieux manager, le colonel Tom Parker. Le film explorera leurs relations sur une vingtaine d’années, de l’ascension du chanteur à son statut de star inégalé, sur fond de bouleversements culturels et de la découverte par l’Amérique de la fin de l’innocence.

Je vais commencer par le réalisateur qui m’a totalement convaincu d’y aller. Il s’agit de Baz Luhrmann qui n’est autre que le réalisateur de Romeo + Juliet et Gatsby le Magnifique qui sont deux films que j’aime énormément. Il a aussi réalisé Australia et Moulin Rouge – que je n’ai vu qu’une fois chacun il y a très longtemps. J’étais donc déjà conquise par son style et je savais que ça allait être réussi, je n’avais aucun doute là-dessus – spoiler alert : j’avais raison.

Austin Butler dans le rôle d’Elvis est un choix qui m’intriguait. Je ne le connaissais pas plus que ça, je savais qu’il avait vite fait joué dans Hannah Montana et dans la série Les Chroniques de Shannara que j’avais commencée mais jamais terminée. Il a été une excellente surprise et je ne pense pas qu’un meilleur choix aurait été possible ! Personnellement j’avais pensé à Tyler Hilton qui avait joué Elvis dans Walk the Line – excellent film autobiographique sur Johnny Cash qui était lui-même interprété par Joaquin Phoenix – et que j’avais trouvé super dans ce rôle ! Mais Austin a totalement rempli la mission. Tout y est, la voix, la gestuelle, le style, j’ai vraiment eu l’impression de voir Elvis !

Passons au film en lui-même maintenant. Esthétiquement, musicalement, visuellement, tout est parfait. J’ai adoré le fait de parcourir la vie d’Elvis, de comprendre un autre aspect de sa vie par le regard de celui qui l’a mené à la baguette toutes ces années, son agent le Colonel Parker – Tom Hanks l’a superbement bien joué, il était détestable au possible – agent véreux dont je connaissais très peu l’histoire. Pour le coup, je suis très fan de tous les artistes que j’ai cité plus haut mais je me suis toujours intéressée à leur musique seulement, et très rarement à leurs histoires respectives – même si j’adore les découvrir quand un biopic sort.
On redécouvre tous les grands moments de sa vie, les grands concerts, les chansons indémodables, la période rebelle, son comeback en 68 – très certainement mon concert préféré – ses tenues, son déhanché, sa voix ! J’étais une vraie fangirl et j’ai passé tout le film avec le sourire aux lèvres – bon, sauf quand son agent me hérissait le poil et que j’avais juste envie de lui hurler dessus.
Le film dure plus de 2H30 mais je trouve que ça passe plutôt vite. On voit surtout des moments de sa vie, des passages en accéléré, des bouts de concerts, le tout passe plutôt bien. Et gros coup de cœur pour les images d’archives à la fin !
J’ai adoré redécouvrir les musiques que je connais et aime tant mais assez contente aussi des morceaux actuels ajoutés dans le film, pour souligner certains passages de sa vie et qui passent totalement ! J’ai été surprise au début mais le mélange des deux genres se sont très bien mariés. J’ai beaucoup aimé aussi qu’on aperçoive BB King et Little Richard, j’ai adoré ces scènes où c’est de la pure musique jouée avec les tripes et le fin fond de leurs émotions.
Bref, la musique est géniale, les tenues sont toutes plus belles les unes que les autres – même si la tenue des débuts et la tenue de 68 restent mes préférées – la photographie du film est très chouette aussi, très belle et très agréable. Une petite pépite !

Je vous conseille vraiment d’aller voir, ne serait-ce que pour écouter à nouveau Elvis sur grand écran avec un son plus que parfait ! Je pense quand même qu’il faut être assez fan pour l’apprécier à sa juste valeur, j’ai vu des critiques négatives qui disaient que le film était mal découpé, que l’histoire de sa vie passait trop rapidement, que ça faisait comme des sortes de clips collés les uns aux autres mais du coup, étant fan, ça ne m’a absolument pas gênée !

There’s a lot of people saying a lot of things. But in the end, you got to listen to yourself.

Elvis Presley
Petit bonus plaisir pour la fin de cet article, un gif du vrai Elvis pendant ma période préférée : 1968 ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s