Romancer sa vie

Un peu en écho de mon article sorti en début d’année sur le fait d’avoir une safe place, j’ai eu envie de vous parler d’une manière de vivre qui m’aide à gérer certaines angoisses et à être plus positive dans ma vie de tous les jours. Si vous êtes un tant soit peu rêveu(r)se comme moi, vous en avez peut-être déjà entendu parler. C’est une sorte de mouvement qui se développe de plus en plus et qui est tout simplement de romancer sa vie.

C’est assez particulier et peut-être propre aux plus littéraires d’entre nous. Mais c’est quelque chose qui m’aide énormément à passer une bonne journée lorsque celle-ci ne démarre pas comme je le voudrais. Il s’agit d’agir comme si nous étions dans un film ou un roman – personnellement, je l’associe plus à la notion de roman parce que c’est ce qui me parle le plus mais je pense que l’univers cinématographique fonctionne également.

Par exemple, pour trouver l’inspiration d’amener ce sujet, j’ai tout simplement mis une musique d’ambiance en fond intitulée Ecrire au bord de la mer dans un cottage. Je me suis tout de suite vue dans un environnement type Orgueils et Préjugés, un carnet ou une machine à écrire posée sur une table, les fenêtres grandes ouvertes et le bruit de la mer en fond, tout ça sur fond de piano. Mon inspiration a débarqué par vagues et j’ai su comment retranscrire le fouillis de mes idées.

Romancer son histoire peut aider dans beaucoup d’aspects d’une vie : limiter les angoisses, se motiver, trouver de l’inspiration, vivre une vie plus douce. Il suffit juste d’un peu d’imagination.

Je vais vous donner plusieurs exemples, à vous de piocher dans ce qui vous ressemble le plus et de le tourner à votre image.

Besoin d’un coup de pouce au réveil

Je mets mon réveil beaucoup plus tôt que l’horaire convenable parce que j’ai besoin de ce temps pour moi, j’ai besoin d’un temps qui n’est pas juste dédié à me préparer pour aller travailler. Là-dessus, l’imaginaire travaille un peu moins, il s’agit plus de débloquer des habitudes pour vous motiver au saut du lit. Lorsque je me réveille, je ne prolonge pas le moment. Je me lève, je m’habille pour sortir mon chien et on se balade une quinzaine de minutes. En période automnale ou hivernale, je vais avoir tendance à laisser mon esprit vagabonder pendant que Loki fait son tour : apprécier la gelée matinale dans l’herbe, apercevoir les premiers rayons du soleil au milieu des arbres orangés, prendre une grande inspiration dans le froid mordant. Chaque action que je fais tourne dans ma tête en langage littéraire. Ça me donne cette impression de profiter un peu plus, d’être plus présente. Au retour de la balade, je vais faire mon yoga pendant une trentaine de minutes puis lire un bouquin jusqu’à l’heure de la douche tout en prenant un petit déjeuner. Pour ces deux activités, je romance un peu moins mais j’aime bien me mettre dans la peau de l’héroïne dont je lis les aventures – suivant le type de lecture bien sûr.

Limiter les angoisses :

Alors, pour cet exemple, il faut être un peu avancé dans la connaissance de soi. Lorsque je fais une crise d’angoisse, je respire. J’inspire, j’expire. Je me reconcentre, je me recentre, j’investis ma safe place. Si ce n’est pas une trop grosse crise, je profite de l’espace de ma safe place pour m’imaginer en héroïne. Je viens de vaincre un nouveau démon, j’en ressors la tête haute, j’ai confiance en moi et je me sens forte. Ça tient plus de l’auto-persuasion que de la romance mais ça fonctionne assez bien. J’essaie de le faire lorsque mes crises sont plus grosses mais, même si celles-ci sont très rares, elles sont aussi beaucoup trop fortes pour réussir à avoir une vraie prise dessus. J’en suis encore à l’étape de la respiration et d’un début de safe place dans ce cas-là.

Trouver de l’inspiration / Se forcer à sortir / Vivre plus doucement

Pour ces trois catégories, la technique est la même. Il s’agit d’agir comme si vous étiez dans un roman ou un film. Acheter des fleurs, flâner dans une librairie, écouter un podcast, marcher la tête en l’air, s’asseoir sur un banc, commander un chocolat chaud, s’installer à la terrasse d’un café, sauter dans les flaques d’eau. Ça paraît être des actions plutôt simples à faire. Excepté pour une personne anxieuse ou introvertie ou qui manque de motivation. Me sentant à l’aise à l’intérieur de mon cocon, j’ai parfois du mal à me bouger pour sortir prendre l’air, vivre plus doucement et trouver de l’inspiration. Oui, les trois à la fois. Parce qu’ils sont liés. Lorsque je sors prendre l’air, je m’oblige à prendre le temps de le faire et ça me permet également de voir autre chose, de trouver l’inspiration à d’autres endroits. Mais mon coup de pouce pour faire ça c’est de romancer ces actions. Me croire l’héroïne de mon propre livre, comme si quelqu’un écrivait chaque pas que je fais au moment où je les fais. Alors, je ne dis pas, parfois j’ai beau avoir envie de tout romancer, si l’envie n’est pas là, c’est plus compliqué. Mais cette méthode m’aide aussi à ne pas me concentrer sur le regard des autres, à les oublier et me concentrer sur ce que j’ai envie de faire. C’est dans cette catégorie que mon imagination travaille le plus mais c’est aussi dans celle-là où mon inspiration pour tout un tas de choses peut naître.

Le but étant de vivre mieux, de façon plus douce, de retrouver cet état paisible que je peux retrouver en lisant un livre. je veux me sentir planer et confiante par la simple force de mon imagination.

Douce journée ❤️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s